loi de Jurin

 Qu'est ce que la loi de Jurin ?

 

Il ne faut pas confondre remontées capillaires et loi de Jurin ou effet de mèche. Certes, les deux phénomènes peuvent présenter beaucoup de points communs au niveau de leurs symptômes, mais ils ont chacun leur propre explication. La loi de Jurin est une formule physique qui rend compte de l'ascension d'un liquide dans un tube de petit diamètre plongé dans une cuve de grande dimension. Les remontées capillaires, quant à elles, sont dues à une pression hydrostatique. Autrement dit, la loi de Jurin est une force qui aspire l'eau du sol vers les murs par capillarité, tandis que les remontées capillaires sont poussées par pression hydrostatique. L'on peut facilement reconnaître un effet de mèche par l'aspect des taches d'humidité qu'il laisse sur les murs. Celles-ci sont horizontales et sont limitées par le diamètre des capillaires des matériaux. La hauteur de la zone touchée ne dépasse par 1 mètre alors qu’elle peut atteindre les 5 mètres dans le cas des remontées capillaires. L'effet de mèche est dû à la présence d'eau liquide dans le sol ou au contact direct de la maçonnerie.

 

Comparaison entre remontées capillaires et loi de Jurin

 

Malgré leur proche similitude, les remontées capillaires et la loi de Jurin diffèrent sur plusieurs points, à commencer par leur cause. Si les remontées capillaires sont dues à l'humidité du sol qui migre en hauteur par capillarité ou à cause de l'absence d'arase étanche, l'effet de mèche est provoqué par le passage d'eau sous forme liquide. Celle-ci entre en contact direct avec la maçonnerie. Les deux phénomènes diffèrent également sur leur localisation. Les remontées ascensionnelles créent de l'humidité dans toute l'épaisseur du mur. La loi de Jurin provoque tout simplement de l'humidité de surface sur la zone touchée par le passage de l'eau. Souvent, c'est l'enduit qu'elle attaque en premier. La limite des taches d'humidité est un autre point qui permet de distinguer les deux phénomènes. La forme des taches d'humidité causées par les remontées capillaires est ondulée, tandis que celle de la loi Jurin est horizontale suivant la limite des capillaires du matériau. La hauteur de la zone atteinte est variable chez les remontées capillaires et peut aller jusqu'à 5 mètres en fonction du pouvoir d'évaporation du matériau. Elle est fixe pour l'effet de mèche, ne dépassant pas 1 mètre. Par ailleurs, en observant la formation de salpêtre sur les murs, l'on ne peut qu'avoir affaire à un cas d'humidité dû aux remontées capillaires. L'effet de mèche ne cause pas la formation d'efflorescences puisque l'eau qui s'infiltre est dépourvue de sels minéraux. La durée est aussi un autre point qui permet de faire la comparaison entre les deux. Les remontées capillaires sont plus ou moins permanentes si elles ne sont pas traitées à temps. L'effet de mèche, quant à lui, ne reste que de façon intermittente, en fonction de l'apport en eau. L'effet de mèche ne produit pas non plus d'effets secondaires graves comme les remontées capillaires.

 

 

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à nous faire une demande par devis !